Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HMT de Thierville

Les compositeurs du monde entier sont joués par l' Orchestre de l'HMT deThierville (Bach, Mozart, Luly, Beethoven, Bizet, Moussorgsky, Ravel, Strauss, Gainsbour...) elle possède un ensemble baroque, un big band et un orchestre de variété

Textes de présentation du concert de gala 2011

Publié le 25 Mai 2011 par HMT

PRESENTATION CONCERT 2011 / MUSICALE GUERRE FROIDE

 

 

 

 

 

Après les hymnes russe et américain :

 

 

Je m’éveille en sursaut par un matin gris, dans une ville que je ne connais pas, ma chambre n’est pas très grande. On dirait un Cagibi (K.G.B.) dans un palace d’Allemagne de l’est réservé aux apparatchiks du parti. Déco  redondante et kitchissime. Quand j’appelle le service d’étage, tout ce que je comprends dans le combiné C’est « Ja !! D.S.T. ou Café ? » Alors je sors en courrant et m’enfuis à travers les rues de cette ville grise. Suis je en train de rêver, je me suis endormi hier en 2011 dans une paisible cité de l’Ouest et voilà que je me réveille en pleine guerre froide dans un quartier de l’Est. Pour le coup, je crois que le temps est franchement Mossad… Je suis un Espion … Mais un agent double et mon nom n’est pas Bond. Je suis autant de l’Est que de l’Ouest….. Moi je m’appelle : John Lénine.

 

 

 

 

Carte Postale d’Ukraine :

 

 

J’ai rencontré la belle Natacha prés de Kiev. Elle m’a confié une périlleuse mission dans un français approximatif : «  faut que tu Craigne, cartes postale, s’autodétruire dans grand boum centrale et nuage pas bon pour grenier à blé U.R.S.S. » Ensuite, j’ai cru comprendre que je devais contacter un certain Bill Tcherno, propriétaire d’une radio libre, appelée Active, qui souhaitait que j’informe l’ouest des agissements de quelques savants fous. J’ai envoyé une carte postale au patron de la C.I.A. puis j’ai invité Natacha à dîner. Ses faux cils m’ont toujours rendu marteau… Allez en avant la Moujik…

 

 

 

 

 

Marching Time :

 

 

Natacha a disparu, je me suis réveillé ce matin en plein centre de Berlin et j’aperçois J.F.K. non, non pas D.S.K (Ecrit avant l’affaire !!)…. J.F.K. himself qui annone phonétiquement un « Ich bin ein berliner » ce qui déclenche l’hystérie du peuple ouest allemand et de l’ensemble du monde libre. Alors que la phrase signifiait Littéralement Je suis un petit gâteau dont raffolent les berlinois, Il aurait fallut dire : « Ich bin berliner ». Mais bon, Si Kennedy avait dit en France je suis un Paris – Brest, Il aurait tout autant suscité l’enthousiasme.

 

 

 Ce n’est alors que réjouissances et fanfares tonitruantes à travers les rues berlinoises. It’s marching time  for liberty  au nez et à la barbe des Vopos dépêchés sur place pour exercer une timide contre propagande. Et oui, Honnecker amusant en Allemagne de l’est.

 

 

Battle Hymne of the Republic :

 

 

Le monde est devenu un véritable nid d’espions, Il en sort de partout, on ne peux faire confiance à personne et lorsque la république, qui se veut être la plus démocratique de la terre,  est en danger elle nous dégaine son battle hymn aussi rapidement que ses Smith & Weston, plonge dans le Mac - Carthisme le plus ébouriffé et traque les communistes jusque dans les studios d’Hollywood  .   

Puis soudain, rassuré par ces accords ancestraux qui sentent bon le May Flowers, la dinde au four et le maxi Big Mac, l’américain moyen s’endort du sommeil du juste sans se rendre compte que son voisin direct est une affreuse taupe soviétique. Mais au fait : May flower ne signifierait –il pas muguet… Qui dit Muguet, dit premier Mai et qui dit premier Mai dit parade, Parade sur la place rouge… Rouge !!!! Au secours j’ai peur !!!        

 

 

 

 

 

Tunes from Russia :

 

 

J’ai localisé Natacha. Elle est rentré en Russie. Elle a pris contact avec  Léna et Volga. Je ne connaît pas Léna mais il paraît que Volga trafique des trucs pas clairs avec des bateliers peu fréquentables et des commandos venus du Kazakhstan qui se font appeler Kasa de choc et qui ont, paraît –il, infiltré les Chœurs de l’Armée Rouge. J’en déduits que Natacha est décidément complètement à l’Ouest.

 

 

 

La Moldau :

 

 

Me voici à Prague, la température est assez agréable… Ca sent le printemps. Natacha me soutiens qu’il se prépare quelque chose… Je lui répond « Arrête ton Char… » et je commande une nouvelle Bohemian Régent au bar de la  place  Wenceslas. Je suis le meilleur, je saisis l’air du temps comme personne, j’irai tout à l’heure me mirer dans la Moldau depuis le pont Charles en pensant à ce vieux Smetana. Tiens Natacha a encore disparu, et elle a payé les consommations avec un tchèque en bois…

 

 

America :

 

 

1957, Que suis – je ? un Shark ou un Jet, un blanc ou un noir, un capitaliste ou un communiste. Tout dans ce monde n’est qu’opposition et contradiction. Mais bizarrement, à travers les différences et les bagarres de rues, les luttes pour les droits sociaux et l’irrépressible  désir d’intégration, perce l’Amérique de demain. L’amour d’un petit ouvrier blanc pour la plus jolie et la plus caliente des porto ricaines triomphe de tout. Verra – t’on, un jour Roméo et Juliette revisité par Boris et Brenda ? Ce jour là les espions, d’est en ouest, iront à la pêche du coté de la West side. 

 

 

 

 

 

Hymn to Red October :

 

 

Natacha a volé un sous – marin pour passer à l’ouest , cette fille m’étonnera toujours, Elle a mis en émoi les marines des U.S.A. et d’U.R.S.S. qui nagent en plein désarroi. Il y a encore une chose que j’ignorais : Natacha est la fille du commandant Marko Ramius. Ce nom ne vous dit rien ? Vous y êtes, c’est celui du patron d’Octobre Rouge, le fameux sous marin furtif, fleuron de la marine soviétique. Je me disais aussi que le père de Natacha ressemblait étrangement à Sean Connery… mais Bond…

 

 

Chœur :

 

 

Un agent de la D.G.S.E. cherche à nous faire chanter, son nom : Sylvie Dupuis connu également sous celui de Chef Doudou. Ses sbires  sont capables de faire couler le Rainbow Warior à la seule force de leur voix. Ils sont sur une grosse affaire, Je me suis laisser dire qu’ils avaient infiltré, dans la zone 51, une dénommée Lara, déguisée en chaperon « Rouge » avec mission de  débusquer une certaine Lady Marlène, suppôt de la STASI qui soutire ses renseignements en inondant ladite zone 51 avec du faux pastis coupé au pentothal. 

 

 

Big Band :

 

 

J’ai du manger quelque chose de périmé dans un dîner presque pas frais à l’ambassade des Etats Unis de la Havane. Je crois qu’avant de les avaler, j’aurais du déballer ces petites boules de chocolats que m’a offert Monsieur l’Ambassadeur. J’ai très mal au ventre mais la décence m’interdit de faire un rot. J’ai pourtant plus de chance que mon ami allemand qui me confie « Ach Ché mal, Ché une Gastro qui ne me lâche pas depuis 3 chours….. Une fidèle Gastro. Il se trémousse sur des rythmes latin, Bossa nova et Salsa et part se soigner à la vitesse d’un missile à l’aide de  Cuba Libre au bar de la Baie. Il en reviendra, quelques heures plus tard, saoul comme un cochon.        

 

Anchor’s Aweigh :

 

Nous voici en méditerranée, le porte avion Nimitz s’est lancé à la poursuite de Natacha qui prépare encore une de ses entourloupes internationales. Mais sa réputation d’espionne de charme la précède et les marins ont dévalisés toute les boutiques de luxe de toutes les villes ensoleillées dans le secret espoir de tomber entre ses griffes. Pauvres moussaillons, ils oublient que la seule chose qui slave est le pont de leur immense navire, que le seule caviar qu’il goûterons est celui d’aubergine servie à la cantine, que la vodka se marie assez mal avec le coca cola et que finalement la seule Natacha avec laquelle ils ont une petite chance est le Quartier Maître  Sandy  Tonneau, chien jaune au pont d’envol.

 

On a mouillé les ancres, et ce soir c’est la fête, cette nuit tous les marins et toutes les Natacha sont gris.

 

 

Sons of Liberty :

 

Les fils de la Liberté, ces membres d’une société secrète patriotique du 18ème siècle qui s’opposa au parlement anglais et à son fameux Stamp Act, ont fait croire à tous le Américains, de toutes les époques, qu’il sont les garants de la liberté, les seuls défenseurs du monde libre. Bon d’accord ce fut longtemps vrai… du moins jusqu’à l’arrivée des Buch père et fils. Réunissons d’urgence le conseil de sécurité… je suis sûr que Natacha cache quelques armes de séduction massive.

 

 

Appolo 13 :

 

 

Profitons de cette soirée pour rendre hommage à Youri Gagarine, le premier homme qui se rendit dans l’espace et en revînt vivant au cours de la mission Vostok, le 12 avril 1961, dont on fête, cette année le cinquantenaire. Youri Gagarine, roi des cosmonautes, stakhanoviste de l’espace ouvrant la voie, malgré lui,  à un certain Armstrong qui marcha sur la Lune en jouant de la trompette et gagna ensuite sept fois le tour de France. Il paraît que son frère Paulo 13 donna des sueurs froide à la sœur de Witney Houston en lui répétant constamment qu’il avait de problème. Leur liaison tomba d’ailleurs rapidement à l’eau.      

 

Dances of the Chabad Chassidim :

 

 

Les agents du Mossad me poursuivent, Natacha leur a raconté que je savait tout sur leur trafic de Migs, j’ai du me cacher sur la rive gauche de la Moldau à Prague déguisé en rabbin. Et me voici en train de fêter le shabbat avec toute une bande de joyeux klezmerims qui m’entraîne dans une folle farandole qui fleure bon l’Europe centrale et ses métissages musicaux. Le temps est Mig figue Mig raisin, toujours aussi Mossad, je zappe sur MI-6 et je tombe sur une énième rediffusion de James Bond, Natacha a été  arrêtée par les israéliens, Tel Aviv qui croyait prendre…

 

 

The Fifth of Beethoven :

 

 

Je suis de retour à Berlin, cette ville divisée par un mur et je vois les gens des deux côtés attraper tout ce qu’ils peuvent pour le faire tomber. J’aperçois le grand Rostropovitch et son violoncelle magique qui joue Bach adossé au tags face à une foule immense amorçant les bouleversements qui allaient réconcilier l’Est et l’Ouest. Je ne sais pourquoi c’est Beethov qui s’impose à moi et sa 5ème , Peut - être à cause des coups de burins donnés sur ce symbole du déchirement qui ne sont pas sans rappeler cette cellule rythmique que chacun reconnaît entre mille. J’ai siffloté la version de Walter Murphy et j’ai franchi Check Point Charly comme une fleur.

 

 

The Stars and Stripes Forever :

 

 


J’ai reçu une lettre, ce matin, en provenance de Washington et signée d’une certaine Natacha Lincoln qui disait à peu près ceci : « Moi plus espionne, moi mariée et véritable desperate housewife américaine, moi oublié marteau et faucille et vénère maintenant the spangler banner, sans rancunes God bless America et aussi un peu Russia !! » P.S. moi jouer petite flûte dans fanfare université… Connaissant Natacha, Je suis sûr qu’on entendra bientôt parler d’elle… Tout cela c’est du pipeau !    

 

Commenter cet article